Les pouvoirs apaisants de la nature

Passer du temps dans la nature est relaxant. Pourquoi ? Et comment s’immerger dans la nature lorsque l’on est citadin ?

La nature est bénéfique pour notre santé physique et mentale. Des études ont montré que des patients d’un hôpital qui avaient vue sur des espaces verts guérissaient plus vite ou encore que la criminalité et la violence diminuaient lorsque des espaces verts étaient introduits dans les cités. La couleur verte est connue pour être apaisante ; ça tombe bien on la trouve partout dans la nature ! Le bleu aussi. Et c’est d’ailleurs pour cela qu’on se sent bien quand on prend un bon bain de nature ou qu’on contemple la mer. Ecouter le bruit des vagues ou celui d’un ruisseau, observer de l’eau est intrinsèquement relaxant.

Dans des moments de surmenage, de chagrin ou de colère, prendre un bon bol d’air est la meilleure façon de trouver le calme et de sentir apaisé. Bien sûr c’est mieux de s’immerger en pleine nature mais quand on habite en ville, ce n’est pas toujours facile. Voici donc quelques idées pour les citadins en manque de nature :

  • Certains coins de nature sont facilement accessible en train, c’est donc possible le temps d’une journée de s’éloigner de la ville
  • Observer les nuages
  • Contempler des photos ou des représentations de la nature
  • Acheter des fleurs ou des petites plantes pour ramener un peu de nature chez vous
  • Lire des poèmes sur la nature, petit extrait de « Au bord de la mer » de Victor Hugo :

Vois, ce spectacle est beau. – Ce paysage immense
Qui toujours devant nous finit et recommence ;
Ces blés, ces eaux, ces prés, ce bois charmant aux yeux ;
Ce chaume où l’on entend rire un groupe joyeux ;
L’océan qui s’ajoute à la plaine où nous sommes ;
Ce golfe, fait par Dieu, puis refait par les hommes,
Montrant la double main empreinte en ses contours,
Et des amas de rocs sous des monceaux de tours ;
Ces landes, ces forêts, ces crêtes déchirées ;
Ces antres à fleur d’eau qui boivent les marées ;
Cette montagne, au front de nuages couvert,
Qui dans un de ses plis porte un beau vallon vert,
Comme un enfant des fleurs dans un pan de sa robe ; 

Laisser un commentaire